Chrétiens et Objecteurs de Croissance, unissez-vous!

22/06/10

La faim fait sortir le loup du bois, mais c’est un billet publié chez Patrice de Plunkett qui me pousse à sortir d’une hibernation regrettable.

Allez, lisez-le, c’est du bon, du lourd, du profond. Un peu long peut-être pour un format blog, un peu long à l’heure du twit effrené, un peu long surtout quand on veut traiter du choix radical de la sobriété.

Lisez! Si j’ai suffisamment de courage, j’essaierai de commenter plus tard, trop de matière pour un seul billet!

Publicités

Décroissance.

21/04/10

J’en conviens, le mot n’est guère dans l’air du temps. Malgré la prise de conscience grandissante sur le désastre écologique vers lequel nous glissons lentement, la croissance semble encore être l’ultime absolu vers lequel nous devrions tendre. Sauver les retraites, relancer l’emploi, stabiliser voire réduire les déficits et la dette? Il faut de la croissance ma bonne dame! Mais attention, Nicolas Hulot style oblige, pas n’importe quelle croissance, de la croissance verte, certifiée conforme au politico-médiatiquement correct.

Hors de la croissance donc, point de salut. Et étant donné que croissance rime forcément avec Progrès et Développement, celui qui aurait le malheur de vouloir un tant soit peu se poser quelques questions sur la nécessité absolue de la croissance se voit immédiatement taxer de misérable avorton du retour en arrière vers les heures les plus sombres de notre histoire ©, de primate partisan d’un retour à l’âge de pierre, de dangereux extrémiste bolchévique, ou pire de criminel de lèse-économie de marché.

Lire le reste de cette entrée »


No future?

16/04/10

Vous aurez sûrement remarqué une certaine absence sur ce blog depuis quelques temps. Durant la (jeune) vie de celui-ci, cela s’est déjà produit quelques fois, le plus souvent par manque d’inspiration ou bien tout simplement par paresse d’écriture. Mais cette fois-ci c’est nettement différent, l’envie manque.

L’envie, mais aussi et surtout l’espoir.

Il semble que les élections régionales aient été le déclencheur de cette crise d’espérance. Celles-ci, couplées avec la crise totale (humaine et sociale en plus d’être économique et écologique) que nous traversons, ont exacerbé un sentiment que je ressentais déjà sous une forme latente : celui du ‘no future’, le sentiment que nous nous enfonçons inéluctablement dans une décadence certaine, sous les assauts conjoints d’une mondialisation et d’un néolibéralisme destructeurs et déstructurants, le tout permis par la faillite du Politique. Dans ces conditions, à quoi bon passer des heures à aligner péniblement des mots malhabiles sur une page ouèbe visionnée par une petite centaine de personnes au quotidien (dans les bons jours), dont une grosse partie ne vient que sous l’attrait du tag ‘Beatles’?

Lire le reste de cette entrée »