France-Irlande : la (dure) loi du sport.

20/11/09

Rarement un match aussi pourri de l’équipe de France aura fait couler autant d’encre. J’avoue personnellement ne pas avoir vu le match, à part la fin du temps réglementaire et le début des prolongations : à la vue du triste spectacle d’une équipe sans fond de jeu, sans créativité, et sans cohérence, j’ai préféré en rester là et aller me coucher, et j’ai donc raté la désormais célébrissime main du non moins célèbre Thierry « Titi » Henry.

En apprenant la nouvelle ce matin, je dois avouer avoir ressenti un certain malaise, un certain manque de plaisir à voir l’équipe nationale se qualifier pour la prochaine coupe du monde non seulement après un match complètement raté, mais en plus avec le sentiment que ce match a été quelque peu volé suite à ce but plus que litigieux. Et puis bon je me suis dit ensuite que c’était la vie, que dans ce type de confrontation il faut un gagnant et un perdant, et que le gagnant n’est pas forcément celui qui le mérite. Le football fonctionne ainsi, le sport en général fonctionne ainsi, et la vie elle-même fonctionne ainsi. On peut trouver ça dur ou injuste, mais c’est comme ça. Les erreurs d’arbitrage font malheureusement partie du jeu, les arbitres sont faillibles comme tout un chacun, et celui qui officiait hier ne l’est pas moins que les autres. Il n’a pas vu, et du coup nous avons assuré la qualification, même si on le doit clairement à un vol à main armée (excellentissime titre!).

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Vive la démocratie!

04/10/09

Democratie

Et bah oui, vive la démocratie, le peuple souverain tout ça quoi…

Démocratie, un terme qui devient de plus en plus creux et vide de sens, au fur et à mesure que l’écart entre le peuple et les « élites » se creuse, que monte ce sentiment qu’on nous prend vraiment pour des abrutis… Qu’on dise clairement les choses, ça aura le mérite de l’honnêteté :  nous vivons dans une artistocratie, sauf que ce « pouvoir des meilleurs » se soumet de temps à autres à l’élection, où certains « meilleurs » sont parfois remplacés par d’autres. Le peuple est content, il s’imagine qu’il a le pouvoir : en réalité il n’a que le pouvoir de voter pour des gens qui parlent de sujets dont l’énorme majorité de la population ne comprend pas la moindre miette. En ce sens, la démocratie appliquée ailleurs que sur un plan local et sur un périmètre restreint (style suffrage censitaire) paraît quelque peu problématique : comment voter pour un programme ou des idées de gouvernement forcément complexes alors que la plupart des gens (dont je fais partie) n’ont pas la formation adéquate pour comprendre ne serait-ce que ses prémisses? Sujet complexe. Mais à partir du moment où l’on prétend vivre en démocratie, alors la moindre des choses est de respecter le peuple et son opinion quand on la lui demande. Question de cohérence. Et d’honnêteté. Vertus hélas guère en vogue au sein de la classe politique… Lire le reste de cette entrée »