Délinquance : baisse de la hausse de la hausse de la baisse.

12/11/09

HortefeuxBrice de Nice Beauvau avait, il faut bien le dire, fort mal débuté sa nouvelle mission au ministère de l’Intérieur : affaire du préfet Paul Girot de Langlade, polémique autour de propos jugés racistes, chiffres de la délinquance jugés mauvais en septembre, puis polémique suite à son idée de couvre-feu pour les mineurs de moins de 13 ans, bref une rentrée difficile pour celui qui se verrait pourtant bien profiter de ce ministère à l’aura particulière pour se créer une véritable stature d’homme d’Etat et suivre ainsi l’exemple de son idole NS², Notre Seigneur Nicolas Sarkozy. Après de tels débuts, il convenait de se relancer politiquement et médiatiquement, et pour celà rien de tel que s’offrir une bonne grosse conférence de presse!

Ah la rupture, ça faisait longtemps qu’on en avait pas entendu parler… Mais là, paf, elle revient sur le devant de la scène puisque le ministre nous annonce, grandiloquent et ravi, une « rupture avec la tendance à la hausse de la délinquance« . Bigre, à première vue, on se dit que les chiffres, ces fameux chiffres qui servent désormais de seul étalon pour juger de la pertinence d’une politique, doivent être réellement bons pour justifier un tel enthousiasme et la convocation en fanfare de dizaines de journalistes.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Tourner 7 fois sa langue dans sa bouche…

01/10/09

buzzCréer le buzz. Alimenter les revues de presse. Réagir sur tous les sujets. Occuper l’espace. Se faire entendre. Se faire citer. Etre présent en permanence. Faire parler de soi quoiqu’il en coûte. Si nécessaire en racontant n’importe quoi, sur n’importe quel sujet. Là n’est pas le plus important.

Voilà ce qui semble être la principale activité d’un nombre croissant d’hommes politiques, imitant notamment le premier d’entre eux, Nicolas Sarkozy. On connaissait depuis longtemps Frédéric Lefebvre, le surnommé porte-flingue de l’Elysée, l’homme qui ne rate aucune occasion de se ridiculiser. La dernière fois, c’était au moment de l’ « affaire » Polanski, où il montra l’étendue dramatique de son ignorance et de sa capacité à raconter n’importe quoi rien que pour le plaisir de parler. Lire le reste de cette entrée »


Ne fais pas à autrui ce que tu n’aimerais pas qu’on te fît…

11/09/09
93267_Brice-Hortefeux

"Le Monde" m'a tuer...

Eh oui, je connais un ministre de l’Intérieur qui va avoir l’occasion et le temps de méditer sérieusement cet adage. Un mois après avoir suspendu un de ses préfets pour cause de propos racistes supposés, quelques jours après l’avoir mis à la retraite d’office, alors même qu’aucune conclusion de l’enquête n’a été rendue publique, voilà un retour de manivelle assez amusant, le voilà pris dans la même tourmente que celle que je dénonçais sur ce blog… Le voilà maintenant au cœur d’une polémique montée en épingle par des socialistes tout heureux de pouvoir détourner l’attention de leurs petites magouilles de scrutin interne…

« Il ne correspond pas du tout au prototype. […] Il en faut toujours un. Quand il y en a un ça va. C’est quand il y en a beaucoup qu’il y a des problèmes » aurait-t-il déclaré en parlant d’un jeune militant durant l’université de l’UMP le 5 septembre, militant « issu de l’immigration ». La « petite phrase » est manifestement issue d’un contexte que la vidéo, vue plusieurs centaines de milliers de fois depuis sa mise en ligne sur le site du Monde, ne permet pas de saisir clairement, ce qui n’empêche pas le soit-disant quotidien de référence de titrer vigoureusement sur le « dérapage » du ministre. Ce qui n’empêche pas non plus, car le ridicule ne tue pas, la direction du PS d’exiger sa démission, tout comme Jean-Luc Mélanchon,  les Verts, l’Union des étudiants juifs de France (on se demande ce qu’ils viennent faire là, pourquoi pas l’association des véliplanchistes du Morbihan tant qu’on y est…), ou encore l’inévitable SOS-Racisme, et j’en passe… Bref c’est la curée médiatique.

Lire le reste de cette entrée »