Décroissance.

21/04/10

J’en conviens, le mot n’est guère dans l’air du temps. Malgré la prise de conscience grandissante sur le désastre écologique vers lequel nous glissons lentement, la croissance semble encore être l’ultime absolu vers lequel nous devrions tendre. Sauver les retraites, relancer l’emploi, stabiliser voire réduire les déficits et la dette? Il faut de la croissance ma bonne dame! Mais attention, Nicolas Hulot style oblige, pas n’importe quelle croissance, de la croissance verte, certifiée conforme au politico-médiatiquement correct.

Hors de la croissance donc, point de salut. Et étant donné que croissance rime forcément avec Progrès et Développement, celui qui aurait le malheur de vouloir un tant soit peu se poser quelques questions sur la nécessité absolue de la croissance se voit immédiatement taxer de misérable avorton du retour en arrière vers les heures les plus sombres de notre histoire ©, de primate partisan d’un retour à l’âge de pierre, de dangereux extrémiste bolchévique, ou pire de criminel de lèse-économie de marché.

Lire le reste de cette entrée »

Publicités