Le choeur des femmes.

30/11/09

Décidément l’actualité de la semaine passée recèle quelques pépites fort intéressantes. Je ne peux résister plus longtemps à l’envie de vous exposer l’une d’elles, qui n’a pas eu l’insigne honneur de paraître en « une » de nos quotidiens nationaux, bien qu’ayant trait à une discrimination sexiste tout particulièrement odieuse.

Il est vrai que le coupable de ce crime affreux de lèse-modernité n’en est pas à son premier méfait dans ce domaine, et serait même particulièrement coutumier du fait, à en croire les spécialistes en la matière. Il s’avère en effet que dans les contrées où le coupable sévit, depuis plus de 2.000 ans, la Femme s’est vue systématiquement discriminée, dénigrée, rabaissée, rejetée, et si les lumières de la Raison et du Progrès lui ont permis de recouvrer dans la société la place et le respect qui lui sont dus, il reste encore chez le coupable des preuves évidentes d’un sexisme médiéval et d’une volonté délibérée d’asservissement de la Femme. Vous aurez bien évidemment reconnu dans ce coupable l’Eglise Catholique Apostolique et Romaine. C’est fou, rien qu’avec le titre, on sent l’odeur du soufre des bûchers et du moisi des geôles obscures de l’Inquisition, on voit la femme suspecte de tous les maux et accusée de sorcellerie, on devine le joug machiste d’une institution qui vit en dehors de la modernité, puissance du verbe, magie de l’évocation!

Lire le reste de cette entrée »

Publicités

Des jupes pas très catholiques!

10/10/09

jupeJuste un petit billet en réaction à un article lu dans L’Express, daté d’avant-hier. Un article avec un titre accrocheur et bien trouvé, « La râleuse de bénitier« , à la lecture duquel je me suis exclamé intérieurement : fichtre, en voilà un article qui promet!

Hélas en fait cela ne promet rien, mais alors rien du tout. Dès le départ, l’héroine de l’histoire, la désormais fameuse râleuse de bénitier est présentée comme une « théologienne peu orthodoxe« . Aïe. Déjà ça part mal, je m’attends au pire… Suit l’histoire de cette dame de 61 ans, Anne Soupa, qui a connu sa part de célébrité suite à la déclaration de Mgr André Vingt-Trois au sujet de la place des femmes durant les office religieux, « Le plus difficile, c’est d’avoir des femmes formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête« . On conviendra que la phrase n’est pas très heureuse, mais quoiqu’il en soit, la respectable paroissienne décide avec quelques amies de « briser la coutumière loi du silence » dans l’Eglise Catholique. On ne savait pas que les croyants étaient astreints à une telle règle,  il est heureux que L’Express nous le rappelle opportunément, à croire que ces benêts de cathos ont décidément beaucoup de choses à apprendre de journalistes aussi compétents. Lire le reste de cette entrée »