La tentation Villepin?

Dominique de Villepin a donc annoncé récemment la création d’un nouveau parti ‘au service des français’. Comme l’a bien souligné le Chafouin, cette annonce faite au lendemain d’élections régionales qui ont démontré à la fois l’usure du pouvoir en place, l’échec de la stratégie du parti unique UMPiste et la déshérence des électeurs de la droite modérée s’inscrit fort opportunément dans une stratégie de reconquête d’un électorat centriste dont la conquête s’avèrera cruciale dans l’optique de la bataille présidentielle de 2012. On en est déjà là.

Car si Sarkozy apparaissait récemment encore incontournable de l’extrême droite jusqu’au centre gauche, les dernières élections et la difficile sortie de crise rebattent complètement les cartes, avec une gauche qui parait reprendre des couleurs et une droite qui semble avoir perdu sa vista et son champion naturel : autant la gauche paraissait divisée et soumise à une guerre des égos, autant elle semble ressoudée et capable de gagner, à défaut de porter un projet politique construit. Et autant la droite de Sarkozy semblait porter un message clair et cohérent, celui de la réforme et de la rupture, autant ce message apparaît désormais brouillé, louvoyant et inefficace.

Et au delà de ce petit jeu de guerre politique inter et intrapartisane, une réalité continue de s’imposer, lentement mais hélas sûrement : La France et les français s’enfoncent dans la crise, crise à la fois économique, sociale et identitaire.

C’est dans ce contexte délicat pour la droite, mais aussi et surtout pour la France, que s’inscrit l’annonce de Villepin. Et je dois avouer que sur le coup, celle-ci me séduit. L’homme a une réelle stature présidentielle, surtout comparé à Sarkozy, il a le panache, la culture et cette posture d’homme d’Etat qui ont toujours cruellement manqué à l’actuel président. Son discours s’articule autour d’idées qui me sont chères : République, Nation, Etat, et il incarne de ce fait une certaine idée de la France. Enfin, il restera l’homme du discours devant l’ONU au moment du lancement de la guerre en Irak, l’homme qui a contribué avec Chirac à nous donner l’illusion que la France était encore une grande puissance, avec un destin spécial parmi les grandes nations. Cela compte.

Cela compte, mais cela ne suffit pas. Au delà de l’indéniable séduction qu’il dégage, au delà des belles phrases ou des bonnes idées qui peuvent émailler son discours, au delà même du fait qu’à droite il est celui qui aurait le plus de chances de recueillir mon suffrage dans la cadre d’un vote ‘utile’, je suis à la fois circonspect et déçu.

Circonspect, car l’homme a déjà été aux responsabilités, et ne m’a guère concaincu. Se posant en authentique gaulliste, il a dans les faits mené une politique que j’estime purement et simplement libérale. Ainsi la privatisation des autoroutes, censée renflouer les caisses de l’Etat mais bradée au secteur privé alors qu’elle eût pu continuer à rapporter des milliards sur le long terme en remboursant tous les lourds investissements consentis par l’Etat… Ainsi la flexibilité accrue inscrite dans le droit du travail, ainsi les allègements d’impôts pour les plus hauts revenus par la suppression de deux tranches de l’impôt sur le revenu, ainsi le premier bouclier fiscal à 60%, ensuite renforcé par Sarkozy… Je n’oublie pas non plus qu’il fut un chaud partisan du projet de constitution européenne, comme je note que parmi ses plus fidèles supporters se trouvent des libéraux invétérés comme Tron, Mariton ou Grand…

Circonspect et déçu, car il me semble que pour un homme se posant en véritable alternative et prônant un réel changement de politique, Villepin n’apparait finalement que comme un Sarkozy bis. Certes un peu plus présentable, un peu plus soucieux de justice sociale et d’égalité républicaine, mais manquant au final cruellement de vision. J’attendais autre chose. Là où l’on pouvait espérer de quelqu’un qui se présente comme gaulliste une véritable rupture avec la mondialisation néolibérale, il s’entête tout comme Sarkozy à vouloir corriger les conséquences et non les causes de la crise profonde que traverse notre pays. Villepin ne manque pourtant pas de courage, et il me semble que les français sont beaucoup plus prêts qu’auparavant, crise économique autant que sociale et préoccupations écologiques aidant, à entendre un message de réelle remise en cause d’un modèle néolibéral qui ne conduit qu’à la ruine de la civilisation, au pouvoir de l’argent et à l’écrasement des plus faibles.

Alors certes, vouloir une meilleure et plus juste répartition de la charge fiscale, c’est bien et c’est même souhaitable. Naturellement nous ne pouvons que souhaiter la réduction des écarts salariaux, un plus grand effort d’innovation, une réelle politique de l’emploi ou la réduction des déficits. Mais au delà de ces bonnes idées ou de ces voeux pieux, comment pouvoir y parvenir avec des résultats à long terme, comment pouvoir redresser le pays sans que les plus faibles en patissent, comment penser une véritable rupture sans envisager clairement la lutte contre un libre échange destructeur, la sortie d’une Europe ultralibérale et une réelle opposition à la mondialisation? N’est-il pas profondément naïf de croire qu’on pourra résister et contrer les effets du néolibéralisme en utilisant les mêmes armes que lui? L’Allemagne peut conforter cette illusion, mais celle-ci ne durera que tant que les consommateurs européens auront de l’argent pour consommer et que les chinois ou les indiens n’auront pas rattrapé leur retard technologique.

Au final, Villepin peut pourtant gagner. C’est envisageable, et c’est même objectivement ce que je souhaite, malgré ce que j’ai pu écrire. En considérant, comme l’ont (beaucoup mieux) écrit d’autres, qu’il est politiquement et médiatiquement plus sage de masquer d’éventuelles velléités antilibérales dans la présentation d’un projet qui n’est pour l’instant qu’en construction, que Villepin est finalement le moins mauvais, et de loin, des candidats en mesure de gagner, et que lui, au moins, semble réellement aimer et croire en son pays.

Prime au réalisme, contre l’idéalisme… et vive la France quand même.

Publicités

4 Responses to La tentation Villepin?

  1. pourquoisecompliquerlavie dit :

    Sarkozy en 2006 me faisait le même effet ….

    Je me demande si, comme bien souvent en communication, chacun de nous ne met pas derrière les mots qu’il entend, les notions qu’il aime.

    Je me demande si, comme bien souvent en politique, l’objectif étant louable et emportant l’adhésion de chacun, mais les moyens d’y parvenir ne recueillent pas la critique de tous ceux qui n’en bénéficient pas assez, voire en pâtissent.

  2. Laloose dit :

    Sarkozy en 2006 me faisait déjà peur 🙂
    Certes chacun inteprète les mots selon son prisme personnel. Il n’empeche que certains mots comme « nation » sont suffisamment rarement employés pour me mettre la puce à l’oreille.
    Même si ce ne sont que des mots, tant qu’une action ne les sous-tend.
    En revanche je ne comprends pas votre dernière phrase, l’heure tardive je suppose… 🙂

  3. Laloose dit :

    ps : mettez le lien de votre blog sur votre pseudo en postant un commentaire, j’apprécierai vous apporter des visites par ce biais!

  4. pourquoisecompliquerlavie dit :

    Je croyais que j’avais mis le lien …. Merci de vos bonnes intentions.

    Ma dernière phrase était supposée traduire une autre sidée sous la même forme faussement interrogative que la précédente. Je m’y suis reprise à trois fois, mais inutilement.

    je voulais dire : nous sommes tous d’accord sur les objectifs, c’et sur les chemins pour y parvenir que les désaccords se manifestent.

    Enfin, quoiqu’il en soit, la droite se divise : Sarko, Villepin, et j’ai même entendu parler aujourd’hui d’un projet de Juppé pour 2012 aussi….

    Sur Sarko, des gens dans mon entourage se rappellent encore les critiques que je formais contre lui en 2004, 2005. Il m’a retournée comme une crèpe en 2006 à l’occasion d’un dîner.

    En politique, j’essaie de faire la part des choses entre les effets d’annonce et les effets réels. Par exemple, la loi Quillot de 1982 avait pour objectif louable d’assurer le logement de tous : elle a abouti à bloquer le marché… Il a fallu attendre 86 et même 89 pour que les proprio remettent leurs logements à la location.

    Pour ce qui est de la Nation (j’ai voté contre la constitution européenne contre l’avis de Sarko, de Villepin et des autres hommes politiques – sauf Villiers) et je me suis fait entuber un peu plus tard par les mêmes qui nous ont fait avaler l’Europe de force avec le traité.

    Vive la démocratie et le vote du peuple souverain.

    Alors, je vote (y compris aux dernières régionales) parce que des tas de peuples et de femmes n’ont pas la chance de pouvoir voter librement, mais je n’y crois guère.

    D’ailleurs mon blog http://pourquoisecompliquerlavie.wordpress.com/ parle peu de politique…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :