Chérie, j’ai oublié les gosses!

C’est ballot, mais le Loir et Cher, personne n’en parle. Personne hormis le grand artiste Michel Delpech naturellement, avec son fameux tube interplanétaire qui traverse les âges sans une seule ride et qui fait la fierté du Blésois et du Vendômois depuis 1977. Personne n’en parle donc, et c’est bien dommage car c’est un fort joli département, tout d’empli d’Histoire et de Nature, et d’autant plus intéressant qu’il a l’insigne honneur d’accueillir l’auteur de ce blog. En toute modestie.

Mais depuis hier, le Loir et Cher est sorti de sa torpeur et de son oubli, douloureusement réveillé par un terrible drame qui a mobilisé la quasi totalité des journaux et radios françaises. Le choc est total parmi une population que l’on sent apeurée, cherchant vainement des réponses à ce tragique incident qui interroge sur le sens de la vie, la place de l’Homme dans le cosmos, et les difficultés du vivre-ensemble au coeur de la mondialisation.

Ce drame, c’est l’oubli d’un enfant dans un car scolaire pendant pas moins de six heures. Et Libé titre fort justement ‘Encore un enfant oublié dans un car scolaire‘, rappelant que cette douloureuse affaire s’était déjà produite dans le département voisin du Cher il y a deux mois. Décidément, une sombre malédiction pèse sur ce petit coin de France… Sur France Info, j’entendais le maire de la commune de Mennetou, lieu du sinistre, rappeler ‘l’ampleur de l’importance’ (sic) de cette affaire : c’est dire!

Soyons sérieux l’espace d’un instant. L’épisode serait marrant s’il n’était aussi pitoyable et risible… Que la Nouvelle République évoque l’incident, c’est son rôle de presse locale, même si je ne vois pas bien en quoi cela peut intéresser les gens. Que l’info soit relayée jusque dans le Télégramme de Brest ou La Voix du Nord, et sur les sites de quasiment tous les grands quotidiens nationaux, j’ai le sentiment que cela frise le ridicule. Surtout quand on apprend que l’enfant est resté parfaitement calme et semble n’avoir même pas pleuré. Cool le môme. Les parents le sont moins, puisqu’ils ont porté plainte… Du coup la gendarmerie a du ouvrir une enquête, et après on vient pleurer sur le manque d’effectifs au sein des forces de police et de gendarmerie…

Ce genre d’évènement est naturellement regrettable, et on aimerait qu’il ne se reproduise jamais. Evidemment. Mais outre le fait qu’il y a quand même des évènements un peu plus importants à couvrir en terme de journalisme (mais enfin se contenter de reprendre en copier-coller des dépêches AFP, est-ce réellement du journalisme?), est-ce bien la peine de faire un tel plat d’une affaire somme toute aussi banale? Est-ce bien utile d’avoir accepté la démission de l’accompagnatrice mise en cause, alors que l’expérience lui aurait servi de leçon exemplaire?  Est-ce bien raisonnable de vouloir à tout prix exiger la sécurité absolue dans un environnement humain forcément faillible, de prétendre régenter tous les aspects de la vie par des procédures, des interdictions, des lois, de faire planer sur tous ceux qui ont des responsabilités humaines la menace de la sanction immédiate au moindre faux pas, même sans conséquence?

Au final, je ne serais guère étonné de voir quelque abruti exiger qu’on légifère, qu’on édicte un réglement ou qu’on réunisse une grande commission nationale pour régler définitivement le grave problème des enfants oubliés dans les cars scolaires, ce fléau de nos temps modernes.

Le pire, c’est que si ça se trouve, le gamin en question s’est juste planqué pour sécher une journée de cours… Bon à 3 ans, ce serait sacrément vicieux j’avoue. Mais ça me ferait bien rire.

 –

A la relecture, ce billet est un peu naze. Désolé. D’autant que ceux qui connaissent la chanson de Delpech risquent de l’avoir toute la journée dans la tête. Et rien que pour ça, je le publie!

Publicités

6 Responses to Chérie, j’ai oublié les gosses!

  1. pourquoisecompliquerlavie dit :

    Non, non, vouq avez eu raison de le publier.
    D’abord, sans vous j’aurais ignoré ce drame et il fallait que tout le monde le connût. Ensuite il doit effectivement servir de leçon à tous les accompagnateurs d’enfants (et de vieux).
    Il peut même servir de leçon (voire d’examen) à tous les apprentis juristes : les parents ont déposé plainte : bien. Mais pour quel délit ? Mauvais traitement à enfant, coups et blesssures involontaires, tentative d’enlèvement ? le tout commis à l’occasion de l’exercice de sa profession ce qui est une circonstance aggravante.
    Et quel est le préjudice des parents : avoir eu peur ? Et celui de l’enfant dont vous dîtes qu’il ne s’est pas inquiété ? être resté tranquille et au calme ?
    Si, vous avez raison, il fallait parler de ce drame humain. Qui va aussi encombrer les tribunaux qui n’en peuvent mais.
    D’ailleurs, à ce propos, je tiens à signaler qu’hier, je n’ai pas eu le temps de me faire les ongles : je travaille trop et je devais choisir entre faire la lessive et me faire les ongles.
    Comme j’ai un déjeuner professionnel aujourd’hui, je vais déposer plainte contre moi : j’ai fait le mauvais choix. Mes ongles non versnis risquent de faire rater ce déjeuner.

    PS : je ne suis pas mannequin.

  2. Vlad dit :

    Bonjour, c’est malin j’ai la chanson dans la tête maintenant ! 😉
    A propos du journalisme, j’aimerais bien que des…journalistes…se penchent sur la question et fassent une sorte de remise à plat de leur profession. Qu’est-ce qu’une information, comment la classer, quelle priorité de diffusion lui accorder, vérifier les sources et surtout (ce qui n’est pas le cas actuellement) s’extraire des modes, tendances actuelles dans le relai de l’information. La concurrence journalistique forçant un mimétisme exacerbé. On a tous remarqué que quand un fait divers fait recette, et bien beaucoup de journaleux partent à la recherche de faits divers similaires pour se faire mousser. C’est insupportable.

  3. Laloose dit :

    @vlad : pour relativiser ma « critique » de ce journalisme bas de gamme je précise que l’info n’a été publiée par les grands quotidiens nationaux que sur leur site Internet et non sous la version papier, édition Internet qui n’est bien souvent qu’une reprise des dépêches AFP.
    Sur le fond oui clairement le fait divers l’emporte sur l’info et le travail de fond, ce que je trouve assez navrant dans des journaux que j’achete pour avoir autre chose que des infos faits divers.

  4. Laloose dit :

    @psclv : desolé pour vos ongles 🙂
    La judiciarisation croissante est à mon sens à la fois la manifestation d’une perte de responsabilité (je n’assume pas donc je mets en cause quelqu’un d’autre), d’un manque de confiance dans l’humain (donc j’accumule les procédures, organismes de contrôle, d’enquête et de certification à des normes x ou y), du refus d’accepter l’aléa (le responsable doit tout maitriser y compris le non maitrisable et l’inconnu) mais également d’un tragique manque de communication et de rapports humains… Dans cette affaire où tout le monde est sain et sauf, n’aurait-il pas été plus efficace et humain que le maire réunisse les différents interlocuteurs autour de la table pour discuter du problème, s’expliquer, s’excuser et pardonner puis envisager des solutions ensemble, plutôt que de passer par des gendarmes et un juge?
    Est-il naïf de croire encore à ce genre de chose?
    Quand je vois le procès du crash du Concorde où on en est rendu à accuser une autre compagnie d’avoir laissé tomber d’un de ses avions un minuscule morceau de métal, j’ai tendance à croire que oui…

    Merci à vous deux avec Vlad pour vos nombreux commentaires, je vous décerne le prix du commentaire 2010 🙂

  5. le chafouin dit :

    Le faits-divers est intéressant quand il nous parle de questions de société. Quand on peut en tirer des leçons. Ici, ce n’est absolument pas le cas… Comme tu dis, l’humain est faillible, et c’est heureux. Je trouve insupportable que ce genre d’information ne serve qu’à pointer un dysfonctionnement, alors que le dysfonctionnement existera toujours.

  6. Laloose dit :

    @Chafouin : bien d’accord.
    Je trouve de plus que cette culture du fait divers sans aucun recul ne fait qu’entretenir les gens dans un climat un peu malsain du style ‘regardez ce monde horrible sans aucune sécurité dans lequel nous vivons’, et la judiciarisation croissante couplée au sacro saint principe de précaution fait que tout un chacun exige maintenant que soient punis ceux qui commettent des maladresses : témoins cette famille qui a porté plainte et exigé des dommages et intérêts monstrueux parce que leur enfant s’était cassé la figure chez sa nourrice en tombant du canapé… L’erreur est humaine, et elle n’est condamnable que lorsqu’elle résulte de graves négligences. Pour le reste, ben c’est la vie mince…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :