Minarets suisses : le vote de la honte?

C’est aujourd’hui qu’est tombé le résultat du référendum suisse portant sur l’inscription dans la constitution de l’interdiction de construction de minarets, et à la surprise générale, le vote en faveur de cette interdiction l’a très largement emporté. Alors que les réactions politiques en Suisse portent plus sur les risques induits pour leurs intérêts économiques dans les pays musulmans et à l’image du pays dans le monde, les réactions françaises et internationales sont unanimement indignées, seulement quelques temps après l’arrestation de Polanski qui avait déjà déchainé les passions d’une certaine caste médiatique contre ce pays désormais accusé des pires défauts qui puissent exister dans notre monde moderne : xénophobie, racisme, islamophobie, populisme, intolérance. Bref, les suisses, une belle bande de beaufs de base qui n’ont rien compris à la vie…

Du coup, comme après tout référundum qui ne donne pas pleine et entière satisfaction aux élites qui nous gouvernent (ratification du traité de constitution européenne en France, ratification du traité de Lisbonne par l’Irlande par exemple), on en revient à la classique remise en question du principe même de consultation populaire : « c’est aussi le danger des votations populaires » s’exclame ainsi Bernard Kouchner à propos de l’affaire, espérant au passage que « les suisses reviendront rapidement sur cette décision ». Le référundum serait donc ainsi un « instrument dangereux« : le danger avancé est souvent celui de la fameuse « irrationalité » du peuple, qui a tendance à être facilement influencable et versatile, qui se laisse emporter par l’émotion, qui ne répond jamais aux questions posées etc… Cela dit, si le peuple est aussi irrationel et aussi incompétent, cela pose de sacrées questions sur la qualité des gens qu’il a portés au pouvoir… Donc si l’on va au bout du raisonnement, il n’y a qu’à instaurer une démocratie sans peuple, ça sera plus simple pour tout le monde et ça aura au moins le mérite de l’honnêteté… En l’occurence, l’ONU a décidé de se pencher sur la conformité du résultat de ce référundum avec le droit international, et les Verts suisses vont tenter de faire annuler le résultat devant la Cour Européenne des droits de l’Homme… Faudrait quand même pas que le peuple suisse s’imagine que son avis va être respecté hein… En résumé, quand le peuple vote ce que les élites lui présentent il vote bien, si non on le fait revoter. Face je gagne, pile tu perds… Cela dit, je ne suis pas loin de penser qu’effectivement la consultation populaire à tout va peut effectivement montrer ses limites. Mais ce constat devrait également faire réfléchir ceux pour qui la démocratie et le vote du peuple est un bien absolu en soi : si l’on considère que le peuple n’est pas compétent pour répondre à des enjeux précis, pourquoi le serait-il sur le choix de ses représentants? 

Pour donner un avis personnel sur le fond de l’affaire, je suis un peu étonné par ce résultat, même si j’ai du mal à m’en indigner. Il faut dire aussi que je ne suis ni gauchiste ni membre de l’élite alors… Etonné parce que j’ai un peu de mal à comprendre l’intérêt d’interdire des minarets, à partir du moment où des mosquées sont autorisées et où ces minarets ne sont pas prévus pour appeller à la prière. Quelle nuisance peuvent-ils apporter? S’ils sont en harmonie avec leur environnement et s’ils ne sont pas inutilement provoquants, en quoi peuvent-ils déranger? Il me semble qu’il s’agit là d’une conception assez étroite de la laïcité, la même d’ailleurs qui interdit les crucifix historiquement présents dans des écoles, et ce me semble la même qui prône l’interdiction du voile, la burqa ou le niqab. J’ai le sentiment que certains, en plus de confondre traitement des causes et des conséquences, font une mauvaise interprétation de ce qu’est ou doit être la laïcité, tandis que d’autres s’abritent derrière celle-ci pour justifier des propos ou des propositions qui sont en fait motivées par une peur de l’Islam ou du moins d’une influence croissante de l’Islam dans nos sociétés. Et c’est à mon avis le cas d’une bonne partie de la droite, et probablement aussi des catholiques en France. Alors que je pense que bien au contraire, nous avons en commun avec les mulsulmans un certain nombre de valeurs en plus que la pratique d’une Foi, et que des positions communes en la matière pourraient aider à faire reculer ce laïcisme moderne complètement aculturant et déshumanisant. En tous cas la question mérite d’être posée.

Cela dit, j’aimerais assez que ceux qui n’ont pas assez de mots pour condamner la décision prise par le peuple suisse puissent montrer la même détermination en se prononçant très clairement en faveur de la liberté d’expression et de culte par exemple pour les chrétiens dans le monde musulman. J’attends l’éditiorial de Libé sur le sujet, j’attends une parole forte de Mr Kouchner lors de son prochain voyage en Egypte ou au Soudan, mais je sens que je peux attendre longtemps, la question de la réciprocité des droits n’étant clairement pas un sujet très en vogue…

Publicités

9 Responses to Minarets suisses : le vote de la honte?

  1. […] coin de ligne – défendent à cor et à cri l’édification de minarets en Suisse, et tapent sur les méchants hélvètes, savent-ils bien de quoi ils parlent, précisément? Oublient-ils la notion de droit de […]

  2. AncillaDomini dit :

    Vous êtes un peu naïf, Laloose.^^
    Le minaret sans muezzin, c’est juste la même chose que le travail du dimanche exceptionnel : la méthode des petits pas patiemment appliquée.

    Vous ignorez peut-être que d’après le Coran, là où porte la voix du muezzin, le Dar-al-Hadr (« territoire de guerre », c’est-à-dire non islamique) devient Dar-al-Salam (« territoire de paix ») : un territoire islamique où doit s’appliquer la charia.
    D’ailleurs, la charia est déjà mise en application (chut… faut pas le dire ! ^^) dans certains quartiers fortement islamisés de Bruxelles, Paris, Marseille…
    Donc oui, le minaret pose problème, parce qu’il signifie très concrètement que l’islam politique remplace l’islam comme « religion privée ».

  3. Laloose dit :

    Le raisonnement me parait clairement tordu… Autant dire qu’on refuse le minaret parce qu’il represente une « invasion » culturelle symbolique… Ça sera plus honnête et c’estun argument que je comprends.
    Cela dit, oui je suis un grand naïf 🙂

  4. Halagu dit :

    Lorsque je lis le commentaire d’AncillaDomini, je ne m’étonne plus du vote suisse de dimanche dernier. Je me dis que la vox populi vaut ce qu’elle vaut, car capable de suivre la voix du plus fort sans se poser la question de savoir si cette voix est juste. L’histoire –celle de l’Allemagne hitlérienne en est un exemple- recèle des milliers de situations de défoulement de groupes humains. La horde sauvage qui se déchaine, après un lavage de cerveau en règle, laisse derrière elle une trainée de haine et d’amertume indélébile. Le peuple suisse qui nous disait hier qu’il est le chantre de la démocratie, de la tolérance, du droit de l’homme, de l’égalité des chances et du respect des différences, ce peule qui a donné naissance à tant d’humanistes, parmi lesquels Henry Dunant, fondateur de la Croix-Rouge, premier Prix Nobel de la Paix en 1901(Il est vrai qu’il est mort dans la misère dans son propre pays). Ce peuple peut, par une réaction de peur et par manque de confiance dans ses valeurs essentielles, mettre à la corbeille, dans le secret de l’urne, la clé de voûte de l’édifice de la nation… Les peuples qui aspirent à plus de démocratie et qui payent de leur vie le droit de faire partie, peut-être un jour, des peuples humanistes, doivent-ils à présent désespérer ? Les dirigeants musulmans sont confondus, par un simplisme volontaire ou non, avec leurs peuples qui luttent pour sortir de la dictature, comme l’ont fait les peuples d’Europe au siècle des lumières. Les nations arabes veulent avoir leurs Lumières et les intellectuels en lutte comptaient beaucoup sur les musulmans d’Europe pour faire avancer leur cause. Ces derniers ont la chance de vivre dans des pays laïques où il est possible de divulguer des idées contraires aux idées admises sans se faire assassiner par les prêcheurs fanatiques. Aujourd’hui ces musulmans d’Europe sont affaiblis par tous les coups qu’ils encaissent. En perdant la face, ils perdent toute possibilité de plaider un islam évolué. Je croie que les européens ne mesurent pas les conséquences de leurs actes discriminatoires qui affaiblissent la situation de leurs compatriotes musulmans et retardent l’émergence d’un islam moderne.

  5. Laloose dit :

    Reflexion intéressante.
    Cela dit, je note que c’est la Suisse qui a déclenché le « scandale », mais que dans la majeure partie de l’Europe les résultats auraient été identique, voire pire… En l’occurence donc comparer, même de loin, la Suisse à l’Allemagne d’Hitler ne vaut rien.
    Surtout qu’il est un peu éxagéré de parler de « clef de voute de l’édifice de la nation » au sujet des minarets : encore une fois, la liberté du culte musulman en Suisse, la liberté d’avoir des lieux publics de culte n’est absolument pas remise en question. C’est « juste » un symbole absolument pas nécessaire au culte qui n’est pas accepté, pour diverses raisons qu’il convient justement de bien comprendre : peur d’une invasion certainement, rejet de quelque chose de trop visible et qui ne fait pas (encore) partie de notre culture etc etc…
    Je pense qu’il convient de ne pas vouloir aller trop vite et trop loin avec le peuple. Les elites politiques, economiques, culturelles vivent dans leur petit monde où tout est beau et gentil et où il n’y a pas de probleme. Le peuple lui vit quelque part dans la vraie vie, et de plus il est le seul dépositaire du pouvoir rappelons-le : il serait donc bon que certains ne l’oublient pas et ne veuillent pas passer outre le peuple pour faire ce que bon leur semble, comme d’aileurs pour créer l’islam moderne.
    Le peuple est populiste? Certainement… neanmoins il ne l’est jamais plus que quand il a peur et qu’il est malheureux, et ça qui en est responsable? les mêmes hommes politiques qui se pressent maintenant au portillon pour accabler le peuple d’adjectifs blessants…

  6. Halagu dit :

    Quelques précisions semblent nécessaires : à aucun moment j’ai comparé la Suisse à l’Allemagne hitlérienne. Celle-ci était citée pour illustrer l’ultime réaction possible du peuple, quel qu’il soit, lorsqu’il est matraqué par une communication politique, communication capable d’engendrer des « conduites réflexes » au détriment du discours de la raison. Cette réaction qui s’appuie sur les émotions n’est nullement l’apanage des dictatures, elle est parfaitement compatible avec les régimes démocratiques. Dans tous les cas, je constate que le système démocratique, qui permet certes aux peuples d’éviter que les gouvernants ne deviennent oppressifs, est un pouvoir de majorités qui ne garantie pas le droit des minorités (les fameux 50% moins une voix). C’est la règle du jeu, faute de mieux, qui peut transformer une partie du peuple en « non peuple ». Maintenant que les politiques suisses ont obtenu le droit d’inscrire dans leur constitution l’interdiction de construire des minarets, ils s’apprêtent à faire voter l’interdiction de la burka(qui n’existe pas en Suisse) et l’interdiction d’aménager un « carré» musulman ou juif dans les cimetières, zones qui permettent de procéder à l’enterrement rituel de leurs morts (cf. les quotidiens suisses de cette semaine). Vous dites : « La liberté du culte musulman en Suisse, la liberté d’avoir des lieux publics de culte n’est absolument pas remise en question. C’est “juste” un symbole absolument pas nécessaire au culte qui n’est pas accepté, pour diverses raisons qu’il convient justement de bien comprendre : peur d’une invasion certainement, rejet de quelque chose de trop visible et qui ne fait pas (encore) partie de notre culture etc etc… » La plus imposante église de Genève -par ses clochers, ses dômes dorés et sa superficie- appartient aux russes orthodoxes qui représentent nettement moins de 1% de la population contre 9% de musulmans qui n’ont qu’une seule mosquée excentrée. Dois-je comprendre que les russes orthodoxes font partie de la culture suisse ? Je fais partie des 30% d’athées (aujourd’hui encore une minorité) et comme tel je revendique le droit de vivre en harmonie avec mes semblables quelles que soient leurs croyances, en dehors de toute guerre de clochers !

  7. Laloose dit :

    Vous avez parfaitement raison de souligner les limites et les dangers potentiels de la démocratie s’agissant du respect des droits des minorités.
    Cela dit pour un athée vous semblez avoir une vision assez ouverte de la laïcité, laissant les cultes pouvoir s’exprimer librement dans la sphère publique, y compris dans des formes que d’aucuns jugent incompatibles avec nos cultures comme la burqa, est-ce le cas?

  8. […] et même la France s’en va en guerre contre tous ces racistes de Suisses ! « Le Vote de la Honte » titrera Libération, la gauche fera passer le monde musulman pour « un […]

  9. Lolo1291 dit :

    Constitution fédérale de la Confédération suisse
    du 18 avril 1999 (Etat le 7 mars 2010)
    Préambule
    Au nom de Dieu Tout-Puissant!
    Le peuple et les cantons suisses,
    Conscients de leur responsabilité envers la Création,
    Résolus à renouveler leur alliance
    pour renforcer la liberté, la démocratie, l’indépendance et la paix
    dans un esprit de solidarité et d’ouverture au monde

    voici un extrait du préambule de la constitution suisse, que vous pouver trouver sur le site de la confédération.
    vous pouvez aussi remarquer que la suisse n’est donc pas Laïc, alors arrêtez de croire que nous le sommes parce que la france l’est. il y a un crucifix dans le parlement nationnal, et dans certaint parlements cantonnaux (traduction pour les francais : départementaux)

    le pays est encore fortement ancré dans la tradition chrétienne,
    les villages des cantons catholiques, ont TOUS minimum une croix sur leur territoire, en bois ou en ganit, on en trouve aussi sur les montagnes, elles s’apellent des croix de mission, mon village en compte 3.
    nous suisse disons tout haut ce que le reste de l’europe pense tout bas car nous ne somme pas muselé par L’UE et nous garderons notre indépendance meme à l’agonie.

    quand on voit que en france, il y a des zones ou la police n’ose plus s’aventurer,comme par hasard c’est une mosquée qui remplace l’église, donc avec vos 50% de musulmans, nous on préfère prévenir que guerrir

    j’espères que vous comprenez mieux pourquoi on à voté oui à cette initiative populaire, et qui commence(après un feu nourrit de critiques) à inspirer l’europe.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :