Des jupes pas très catholiques!

jupeJuste un petit billet en réaction à un article lu dans L’Express, daté d’avant-hier. Un article avec un titre accrocheur et bien trouvé, « La râleuse de bénitier« , à la lecture duquel je me suis exclamé intérieurement : fichtre, en voilà un article qui promet!

Hélas en fait cela ne promet rien, mais alors rien du tout. Dès le départ, l’héroine de l’histoire, la désormais fameuse râleuse de bénitier est présentée comme une « théologienne peu orthodoxe« . Aïe. Déjà ça part mal, je m’attends au pire… Suit l’histoire de cette dame de 61 ans, Anne Soupa, qui a connu sa part de célébrité suite à la déclaration de Mgr André Vingt-Trois au sujet de la place des femmes durant les office religieux, « Le plus difficile, c’est d’avoir des femmes formées. Le tout n’est pas d’avoir une jupe, c’est d’avoir quelque chose dans la tête« . On conviendra que la phrase n’est pas très heureuse, mais quoiqu’il en soit, la respectable paroissienne décide avec quelques amies de « briser la coutumière loi du silence » dans l’Eglise Catholique. On ne savait pas que les croyants étaient astreints à une telle règle,  il est heureux que L’Express nous le rappelle opportunément, à croire que ces benêts de cathos ont décidément beaucoup de choses à apprendre de journalistes aussi compétents.

Bref. La dame, n’écoutant que son courage, monte donc un « comité de la jupe », décide de porter plainte devant les tribunaux ecclésiatiques, puis suite aux excuses du prélat, retire gracieusement sa plainte après une médiatisation qui fit mouche dans le « monde feutré des catholiques » (sic). Mais elle ne souhaite pas s’arrêter là, et décide d’organiser dimanche 11 octobre la « Première marche des cathos citoyens/nes dans l’Eglise ». L’initiative paraît de prime abord sympathique voire intéressante, même si associer les termes citoyens et Eglise ne me semble pas spécialement pertinent, mais bon… En y regardant de plus près, cette marche a pour vocation de promouvoir une « Église prophétique ouverte à tous sans discrimination de sexe ou d’état de vie » et de créer une « opinion publique chrétienne qui s’exprime librement », l’objectif précis étant en fait d’obtenir la parité dans les instances de décision de l’Eglise, ainsi que l’accès à l’ordination pour les hommes mariés et les femmes.

Il est à noter que la dame en question, même si elle ne mâche pas ses mots à l’égard de l’Eglise, conserve une certaine retenue dans ses propos, du moins au début de l’article. En revanche, la journaliste se lâche : elle doit manifestement avoir quelques petits comptes à régler avec l’Eglise, étant donné le ton parfaitement subjectif qu’elle utilise à propos de celle-ci. A propos du pape Benoit XVI, un lien pointe vers un article traitant de la position « doctrinale » du pape lors de l’affaire du préservatif. Hors sujet total avec le thème du présent article, mais on n’est plus à ça près. Un peu avant, l’héroïne de l’article est présentée comme une spécialiste du « lancer de pavés sur l’Eglise à dorures et prie-Dieu » du pape : une façon bien peu journalistique de dénigrer Benoit XVI et son archaïsme supposé… Et d’ailleurs cette pseudo journaliste s’écrie plus loin qu’ « on se dit que quelque chose ne doit vraiment pas tourner rond ces temps-ci dans l’Eglise de France« . Personne ne saura qui est ce « on », ni ce qui peut justifier de tels propos. Bof, plus c’est gros plus ça passe…

Et le gros, le lourd arrive enfin, tout à la fin de l’article. Je vous avoue que je l’entendais venir gros comme une maison. Je cite la paroisienne en colère : « Nous voulons ouvrir le débat pour créer une opinion publique catholique, faire parler ceux qui ne sont pas d’accord avec la ligne réactionnaire du Vatican, mais qui se taisent, résignés« . Là encore, surprise! Je dois souffrir d’une cécité accablante, étant donné qu’à chaque fois que je lis des articles portant sur ces problématiques, les seuls catholiques qui sont interviewés sont ceux qui sont justement en opposition avec la position dite « officielle » de l’Eglise. Loin de « se taire », loin d’être « résignés », ceux qui ne sont pas d’accord s’expriment très largement, et sont très nettement avantagés sur le plan médiatique. Il est donc quelque peu comique de se présenter en victime de la « loi du silence » quand ce même silence est en réalité imposé à tous ceux qui approuvent la position du Vatican. Mais la fougueuse et courageuse opposante à cette oppression cléricale poursuit, entendant bien « élargir son combat au-delà des revendications féministes telles que l’ordination des femmes » : « A Rome, on vous fait des synodes pour dire que l’eucharistie est au centre de la vie des catholiques, alors que dans les églises il n’y a plus de prêtres pour l’assurer ! Les catholiques en ont assez qu’on leur impose ce genre de grand écart« . Notez le « A Rome »  laissant croire à une doctrine imposée par une entité étrangère bien éloignée des réalités du monde, ce « on vous fait » induisant une espèce de puissance indéfinie et secrète, et enfin l’argument massue de l’ordination des femmes  ou des hommes mariés permettant de juguler la crise des vocations…

On peut noter également que ces « sans voix » (sic) ont également droit à un article flatteur dans Le Monde daté d’aujourd’hui. Morceux choisis : « la place des femmes dans l’Eglise est emblématique de beaucoup de problèmes actuels : la non-représentation des laïcs, la discrimination envers certains groupes, la privation de parole« , « La parole est verrouillée, les fidèles n’osent pas parler de peur d’être accusés de tirer sur une ambulance« , « Le risque actuel, c’est que l’Eglise ne soit plus catholique, c’est-à-dire ouverte et universelle, mais qu’elle apparaisse fermée à la souffrance humaine, moralisatrice, empreinte de juridisme« , « Le pontificat de Benoît XVI s’inscrit dans cette évolution réactionnaire qui risque de transformer l’Eglise en une secte, en un groupement de clones » etc… Bigre. On apprécie la retenue dans les propos, le sens de la nuance, l’objectivité débordante… 

On peut comprendre le souhait de voir les femmes participer plus activement à la « gouvernance » de l’Eglise, et être mieux représentées au sein de ses instances de réflexion voire de décision. La question se pose plutôt sur la forme que doit prendre cette volonté a priori légitime d’évolution : soit dans le cadre d’un dialogue respectueux au sein de l’Eglise, soit dans une posture médiatique et revendicatrice se posant officiellement en « mouvement d’Eglise », mais délivrant en réalité un message extrêmement critique à la fois à l’égard du pape et de l’institution. Ce qui est très clairement le cas de ce groupuscule. Je trouve personnellement que la démarche choisie n’est pas une démarche empreinte du respect et de la retenue qui devraient pourtant être les bases indispensables pour un dialogue constructif. De plus, ce type de comportement ne peut que contribuer à affaiblir un peu plus une Eglise médiatiquement affaiblie : il me semble que la priorité doit être donnée à l’annonce sans relâche de la Bonne Nouvelle, que l’urgence est la délivrance du message original de l’Eglise dans un monde en profonde souffrance, et non à des revendications visant au partage d’un  prétendu « pouvoir » ou au dénigrement systématique d’une institution… Dommage…

Heureux les pauvres de cœur : le Royaume des cieux est à eux.
Heureux les doux : ils auront la terre en partage.
Heureux ceux qui pleurent : ils seront consolés.
Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice : ils seront rassasiés.
Heureux les miséricordieux : il leur sera fait miséricorde.
Heureux les cœurs purs : ils verront Dieu.
Heureux ceux qui font œuvre de paix: ils seront appelés fils de Dieu.
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux.
Heureux êtes-vous lorsque l’on vous insulte, que l’on vous persécute et que l’on dit faussement contre vous toute sorte de mal à cause de moi.
Soyez dans la joie et l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux; c’est ainsi en effet qu’on a persécuté les prophètes qui vous ont précédés.

Publicités

17 Responses to Des jupes pas très catholiques!

  1. AncillaDomini dit :

    Ah, le comité de la jupe… J’avais vu leur arrivée sur Golias, mais je ne savais pas qu’ils avaient de si grands projets. 😀

    Que d’énergie perdue !
    Quand on offre ses services dans une paroisse pour combler là où manque la main-d’oeuvre, on essuie rarement un refus.
    Bien sûr, cela suppose de :
    _ 1. proposer et non pas réclamer
    _ 2. se rendre disponible soi-même, et non pas revendiquer au nom d’un autre hypothétique (grand classique de la « lutte contre les discriminations dans l’Eglise »)
    _ 3. se proposer pour les emplois qui sont déficitaires en main-d’oeuvre, même si (surtout !) ce ne sont pas les plus attrayants : servir et non pas se servir
    _ 4. ne pas refuser les charges que la communauté propose, alors qu’on avait visé autre chose
    _ 5. éviter de l’ouvrir toutes les 2 minutes : le prêtre et l’équipe paroissiale ne sont pas des larbins, et le service des laïcs est là pour les décharger, pas pour imposer un avis que personne n’a demandé
    _ 6. faire ce qu’on a à faire, le faire bien (au minimum : comme on vous l’a demandé), et ne pas marcher sur les plates-bandes des autres
    _ 7. ne pas prendre toutes les remarques constructives pour des attaques personnelles (à moins d’être un demi-dieu, on ne peut pas faire tout parfaitement à chaque fois).

    En respectant ces quelques principes de bases, normalement, ça va tout seul.
    On met son orgueil dans sa poche si la-meilleure-idée-du-siècle n’a pas l’air de brancher grand-monde, on jette un coup d’oeil de temps en temps dans le rétroviseur pour vérifier qu’on n’est pas en train de marcher sur les pieds de quelqu’un ou si un autre n’est pas resté largué en stop… et on découvre d’un seul coup qu’il y a bien trop de travail à faire pour aller s’épuiser en revendications inutiles (on est déjà en sous-effectif en bas : à quoi bon en prélever pour aller nous hisser là où on n’avait pas besoin de nous ?).
    Les gens qui servent sans faire de bruit, bizarrement, ils n’ont pas de souci à se faire pour leur « avancement » dans la « hiérarchie » : c’est eux qu’on va chercher en premier.
    D’ailleurs, des laïcs, il y en a jusqu’au Vatican. L’Eglise a simplement tiré les leçons du passé (qu’on lui reproche sans arrêt) : elle récompense désormais le service désintéressé et efficace.

    Et quand bien même ces services ne seraient pas récompensés, qu’est-ce que cela peut faire ? « Celui qui veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous ! »

  2. Goéland dit :

    Dans ma petite paroisse rurale, ce sont comme souvent des femmes qui font tout marcher (chants, servantes de messe, caté…) empiétant parfois un peu trop à mon goût sur le rôle du prêtre (se balader dans le chœur pendant le prière eucharistique n’aide pas beaucoup l’assemblée à prier). Cela justifie de mon point de vue les propos de Mgr XXIII, même s’ils étaient un peu maladroits (mais au moins, on est loin de la langue de buis).

    Notre prêtre, lors de l’homélie d’hier, parle de la famille comme Église domestique : « Papa est le curé, Maman le vicaire, et les enfants sont les enfants de chœur ! » J’ai beaucoup ri à ce moment-là, la formule me paraissant assez étrange, mais j’imagine que ce comité de la jupe aurait aussitôt fait un scandale, réclamant pour les mères la place de « curé familial »…

  3. AncillaDomini dit :

    @ Goéland :
    Ah, je vois que vous avez bien cerné nos féministes nationales ! 😀
    De mon petit point de vue de femme, il serait fortement souhaitable qu’elles fichent la paix aux hommes, histoire qu’ils puissent reprendre la place qui leur revient dans une Eglise qui est autant la leur que la nôtre. Enfin, ce n’est que mon avis…

  4. Laloose dit :

    @ancilla domini & goeland : merci pour les commentaires, on voit que vous avez l’expérience du sujet… Ancilla vous avez fort bien posé les limites d’une telle revendication.

    Mais à mon sens le « combat » est plus politique. Il n’y a qu’à voir des blogs comme celui d’olympe où ce mouvement féministe est soutenu par des…. athées! On aura tout vu.

  5. olympe dit :

    je précise
    – j’avais écris mon com avant de lire ce billet et c’est marrant de voir que moi aussi je cite le sermon sur la montagne, mais pas dans le même sens évidemment.

    – je ne suis pas athée mais agnostique ce n’est pas la même chose.

    je suis concernée parceque la religion catholique a façonné notre culture pendant des siècles et je n’ai pu que constater qu’une floppée de ministre s’est agenouillée publiquement devant le Pape lorsqu’il est venu en France.Le dit Pape étant entouré de centaines d’ecclésiastiques sans une seule femme évidemment.
    Il ne s’agit pas d’un combat politique dans le sens ou je respecte les croyants et les croyances mais je me sens méprisée en tant que femme d’assister à une messe (ça m’arrive à l’occasion de cérémonies) et de constater que des femmes assurent la quasi totalité de l’organisation et de l’animation mais qu’elle ne peuvent officier pleinement du seul fait de leur sexe.
    Et je peux que me réjouir de constater que certaines sont décidées à essayer de faire bouger les choses.

  6. Laloose dit :

    merci d’être venue jusqu’ici 🙂

    > qu’auriez vous dit si la floppée de ministres avait montré les mêmes marques de respect au dalai lama? que je sache, son accueil par la république n’a pas fait l’objet de tant de ligne acerbes… mais bon de toutes facons ça n’est guère dans le sujet.

    > « méprisée en tant que femme » : vous n’exagérez pas un peu? En réalité les combats de vos amies amatrices de jupes est loin d’être clair, puisque certaines fois elles affirment ne pas vouloir remettre en question le rôle masculin du prêtre en tant qu’officiant de l’eucharistie, et d’autres fois c’est nettement moins clair. et dimanche lors de leur marche, elles declarent que finalement ce qu’elles veulent c’est revolutionner l’eglise et supprimer l’importance du prêtre, casser les hiérachies etc… bref instaurer le marxisme dans l’Eglise. Elles ont juste du oublier que le mur de berlin est tombé et que l’URSS a éclaté, le marxisme c’est fini faudrait voir à évoluer…

    Ce que je note personnellement, c’est que voilà un groupuscule qui aime faire parler de lui et raconter n’importe quoi. Si elles avaient un réel sens du service, elles se mettraient au service de leurs freres plutot que de raconter de telles inepties contradictoires. Les derniers seront les premiers. Chiche!!!!

  7. olympe dit :

    Je pense la même chose pour le Dalai Lama mais 1/ sa religion n’a pas la même importance culturelle en France 2/ il a déclaré récemment qu’il ne verrait pas d’inconvénient à ce qu’une femme lui succède

    Je ne connais pas les personnes du Comité de la Jupe on ne peut donc pas parler d’amies, mais une partie de leurs revendications sont identiques aux miennes, je les soutiens donc là dessus .

  8. Oscar dit :

    @Olympe

    je ne comprends pas pourquoi vous voulez que les femmes fassent comme les hommes ? Les hommes font certaines choses et les femmes en font d’autres. Les prêtres ne revendiquent pas d’être mère ni d’être religieuses etc etc…La distinction des rôles n’est pas un mépris dû au sexe, c’est une prise en compte du génie propre de chaque sexe.

  9. David dit :

    @Olympe: j’étais bien placé, quand le pape est venu, et je peux vous assurer que les ministres ont bien tenu leur rang « laïc » (et pas « de laïcs »). Rachida, digne enceinte (en un mot) et tous les autres, sans signe de croix ni parole liturgique marmonnée.

    en revanche, certains conjoints ont marqué des signes de « foi ». Mais peut-on leur en tenir rigueur.

    il existe d’ailleurs un protocole pour les ministres quand ils participent à une célébration religieuse, je gage qu’ils l’avaient lu à la lettre, avant.

  10. do dit :

    Mais alors, si les femmes devaient être malheureuses de ne pas faire TOUT ce que font les hommes, pourquoi ne pas être malheureuses aussi de ne pas faire TOUT ce que font les phoques, les abeilles, les vers de terre, les mantes religieuses, les iraniennes, les papous, et les martiens!

    On est des femmes, ça nous donne des possibles et des impossibles, et même si le droit international me permet de creuser des galeries sous la terre et d’y passer ma vie, ce n’est pas ça qui me rendra heureuse!

    être prêtre, c’est porter la figure du Père, les femmes, c’est une figure de Mère, c’est plutôt du côté de l’Esprit Saint qu’il faudrait que ces femmes se tournent: dans la Bible hébraïque, c’est une figure féminine.

    La différence hommes femmes a été voulue apparemment par le créateur (ou alors, il s’est vraiment planté); alors comment peut-on à la fois se dire croyant, catholique, et respectueux du créateur, et en même temps nier sa création? C’est lui, qui a fait l’homme et la femme différents, l’une portant des enfants, les nourrissant, et l’autre allant plutôt travailler à l’extérieur.

    Et si on croit que Jésus est fils de Dieu et Dieu lui même, on ne peut que constater qu’il a envoyé des hommes pour annoncer l’Evangile, et pas des femmes; pourtant, sur 12, il avait le choix, et sa mère était bien placée! S’il ne l’a pas fait, c’est qu’il y a des raisons.

    Si on ne croit pas que Dieu est créateur et que Jésus est Dieu on n’est pas catholique, alors on peut créer une autre religion, avec d’autres sacrements, pourquoi pas? si la religion est pour certains un parti politique où les membres décident du programme, ils peuvent fonder un autre parti-religieux: on verra bien alors s’ils sont nombreux . (en fait, je suppose qu’ils le savent déjà.)

  11. AncillaDomini dit :

    Bah, oui : on les appelle « protestants », les fidèles de cette religion-là ! 😉

    (halte aux cris d’orfraie : chuis une ancienne calviniste !)

  12. AncillaDomini dit :

    Trouvé ça sur le net : http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2009/10/cest-quoi-la-th%C3%A9orie-du-genre-.html
    Une des raisons pour lesquelles l’Eglise se contrefiche des revendications féministes…

  13. NM dit :

    Mme Soupa a un joli CV-alibi qui fait clairement apparaître qu’elle est très ‘mai 68’ même si elle habite dans le VIIe et travaille au Cerf (si cela se trouve je l’ai déjà croisée dans la rue ou en semaine à St Pierre! le stress…).
    Quand se rendront-ils compte que ce sont eux les ringards! Attendons, cette génération passera.

  14. Panouf dit :

    Oulà!! ça vanne dur!!
    Personnellemebnt, je ne suis pas favorable à ces revendications, surtout lorsqu’elles viennent de l’extérieur: combien de femmes réellement engagées au service de l’Eglise posent ces revendiactions (je demande pas grand-chose: animations de chants dans leurs paroisses, cathéchismes ou encore accompagnement au mariage, voire garderie pendant la messe…)
    Que veut dire officier pleinement pour Olympe? Si seul le prètre peut officier pleinement, vous etes en train d’insulter tous les laïcs là…
    Je pense que vous n’admettez tout simplement pas que l’Eglise ne soit pas seulement humaine. Un fidèle assistant à la messe n’est pas humilié parce que n’est pas lui qui fait la consécration!! Il assiste à la messe pour s’unir au christ et s’offrir à lui. C’est tout à fait différent d’unne cérémonie où certains ont les placves d’honneur!!

    Je remaerque aussi que vous ne répondez rien à l’argument disant qu »‘en faéit seuls les catholiques opposés au pape ont le droit de s’exprimer…

  15. […] dominicains et jésuites. C’est le fameux comité de la jupe qui a suscité déjà des billets inspirés. L’accueil bienveillant des médias n’est pas étonnant mais un peu agaçant. La […]

  16. Erasmus Minor dit :

    Je dois dire que la littérature que je viens de lire ci-dessus est vraiment affligeante ! Je suis désolé de le dire ainsi mais je ne comprends comment des gens jeunes et informés peuvent être à ce point mal informés !
    Je ne saurais trop vous conseiller de lire plus attentivement ce qu’écrit le Comité de la jupe. La question de l’ordination des femmes n’est absolument pas centrale. Ce qui est central, c’est la dénonciation de l’apartheid que les hommes célibataires que sont les évêques et le pape à leur tête fait subir aux femmes. Aujourd’hui, il y a plus de ministres (chefs de dicastères) qui sont des femmes en Arabie Saoudite et au Vatican ! Bon, d’accord, le chiffre en Arabie est de un mais quand même ! Les femmes ont-elles été dotée par Dieu d’un cerveau incapable de gouverner l’Eglise en communion avec le pape et les évêques ? Quel fondement chrétien à tout cela ?
    Vous parlez des services que rendent les femmes dans les paroisses et les diocèses mais ces services sont tout ce que ne font pas les prêtres. Comme ceux-ci sont en phase de raréfaction rapide et que leur démographie est plutôt catatrophique puisque leur âge moyen de plus de 70 ans. Vous me direz que la relève arrive en masse avec ses jolies soutanes au vent. Si l’on fait la somme des prêtres suivant le rite dans sa forme extraordinaire et les membres de la Fraternité Saint Pie X, on arrive tout au plus à passer d’un taux de renouvelement de 1 prètre ordonné pour 10 morts à 1,2… Quel bon en avant ! Notre Eglise – oui, notre Eglise – est en train de se transformer en secte peut-être mais surtout en citadelle des purs… un comble pour les disciples de Jésus qui passait son temps avec les impurs ! Bref… A quand des cités catholiques sur le modèle des communautés amish ? On peut se le demander !
    Mais j’allais oublier : l’Asie et l’Aérique du Sud ! Là-bas, tout va bien ! Bien sûr, surtout quand on ne veut pas voir quel christianisme ont bâti dans ces pays ! Un catholicisme dévotionnel et puritain qui n’est qu’une version à peine revue du catholicisme triomphant du 19ème siècle, siècle maudit de l’histoire de l’Eglise oserais-je dire, qui a jeté dehors les efforts d’inculturation. Quand on note en plus que notre pauvre pape a pas mal de difficultés à s’inculturer en Europe, on craint le pire pour le reste du monde…
    Je m’énerve, je m’énerve mais que voulez-vous : zelo zelatus sum pro Domino Deo exercituum avec mes soeurs et frères qui croient que l’Eglise catholique a besoin d’un sérieux coup de pied au derrière pour se réveiller ! Allez, feignasse, debout et annonce ton Seigneur au lieu de repasser tes dentelles !
    Amen !

  17. Laloose dit :

    Vous me voyez ravi d’une telle impatience à annoncer la bonne nouvelle de l’évangile! Il me semble d’ailleurs que cela doive être l’ambition première de toute personne de toute personne de bonne volonté.
    Les différents sujets que j’ai consacrés au comité de la jupe ne sont pas exclusivement centrés autour du thème de l’ordination des femmes. Après de nombreuses visites et lectures sur le site dudit comité, j’ai bien noté l’absence d’un positionnement clairement défini sur le sujet. Mais il me semble que ce n’est pas le sujet.
    Ma modeste opinion sur ce comité est qu’il se trompe de sujet et de priorité. La question du rôle des laïcs, et ce quel que soit leur sexe, me parait tout à fait intéressant à aborder : leur intégration dans la « gouvernance » de l’Eglise doit pouvoir se discuter, leur participation dans les différentes instances de décision ou de réflexion (à la fois sur les sujets de fond comme ceux traitant de questions plus pratiques ou organisationnelles) me parait effectivement primordiale pour contribuer au dynamisme de l’Eglise et de sa façon d’annoncer son message. Ceci est un vrai sujet.
    Je ne suis pas non plus opposé au débat d’idées sur les thèmes de fond, même si les questions posées peuvent apparaitre en contradiction avec la position dite « officielle ».
    Ce qui me hérisse, c’est plutôt cette volonté de médiatisation à outrance, cette attitude de revendication systématique, tout comme cette utilisation de termes réellement excessifs du style « apartheid » que vous employez, et cette propension à juger les périodes passées comme étant forcément rétrogrades ou chargées des pires calamités. D’une part ce n’est clairement pas la meilleure façon de faciliter le dialogue, et d’autre part il me semble qu’il y a des combats plus importants à mener que la représentation de tel ou tel type de personnes au sein de l’institution.
    Si j’ai bien compris les ambitions du comité de la jupe, celui-ci souhaite voir à la fois plus de femmes et plus de démocratie dans le fonctionnement de l’Eglise. Je considère personnellement qu’une présence laïque plus importante est souhaitable. Leur sexe ou leur couleur de peau m’importe peu je vous avoue. Quant à la démocratie, je suis extrêmement sceptique, du moins sur le plan des thèmes de doctrine ou de foi. L’exemple est peut-être mal choisi, mais que pensez-vous que les apôtres auraient choisi si on leur avait demandé de voter pour ou contre le sacrifice du Christ? Le fait que le message de l’Eglise apparaisse comme étant en décalage avec les options choisies par nos sociétés actuelles ne me parait pas choquant : le contraire me ferait penser qu’Elle est parfaitement inutile. Au moins, cela nous amène à nous poser des questions profondes.

    Merci de votre passage ici, et à bientôt j’espère.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :