Adultère sur abonnement…

Excellent billet du Chafouin hier, au sujet d’un futur site internet de rencontres réservé exclusivement aux personnes mariées, information parue dans Le Parisien. Pour résumer, un site qui proposera aux personnes mariées de trouver des « sensations hors du couple », ce qui pour parler clairement revient à organiser pratiquement l’adultère et à en faire son fond de commerce officiel.

Ce site ne se présente évidemment pas comme « pousse au crime » : « On ne pousse pas à l’infidélité, on ne fait que répondre à  un besoin » affirme son fondateur, qui précise que de toutes façons une proportion importante des personnes fréquentant les sites de rencontres classiques sont mariées. Finalement, comme l’explique un sociologue, ce nouveau site ne serait rien de plus qu’une façon de lever « l’hypocrisie des sites qui vendent de la romance« …

Il est assez rassurant de constater ne pas être le seul à s’énerver rapidement devant ce type d’initiatives nauséabondes qui devient monnaie courante dans une société qu’on n’oserait même plus définir comme une « civilisation ». Initiatives qui n’ont même pas le « mérite » de participer à un combat affiché contre la fidélité, l’engagement ou l’amour : un tel combat aurait au moins un objectif politique, mais de toutes façons ces concepts sont définitivement passées de mode, inutile de s’acharner. Non, là on est réellement dans une ambition de « faire du fric », et peu importent le moyen et la manière. Peu importent également les conséquences, ces couples (et les individus qui sont derrière, et les enfants…) ne sont là que comme faire-valoir, et ils n’ont d’intérêt que comme machines à cash. Comme on sent tout de même qu’on est allé un peu loin, on habille cela de grandes phrases, on banalise, on relativise, on se retranche derrière ce qui ce fait déjà de façon cachée, on rappelle qu’on ne fait que suivre l’évolution d’une société en faisant mine de ne pas voir qu’on participe directement à cette évolution, on prétend que ce sera un apport pour ces pauvres adultérins qui se sentent seuls et qui ont besoin d’être rassurés, on parle de « frissons », de  goût du « risque » ou de l' »amusement »… Et on va jusqu’à présenter l’adultère comme étant une « soupape de sécurité au mariage »… Hallucinant de mauvaise foi. Qu’on annonce plutôt la couleur, en disant clairement qu’on est là pour faire un max de monnaie sans s’embarasser de scrupules ou d’interrogations morales, au moins cela aura le mérite de l’honnêteté… Hypocrites. Hypocrites, lâches et menteurs.

Comme disait un de mes anciens boss : une fois qu’on a dit ça, qu’est ce qu’on dit?

D’abord qu’il est proprement hallucinant de la part d’un journal comme le Parisien de sortir ce genre d' »article » (en réalité un bon coup de pube), en laissant tribune libre au créateur du site et à un sociologue justifiant son initiative, et sans montrer le moindre recul, sans présenter la moindre perspective, sans citer la moindre opinion contradictoire. A peine quelques expressions ou mots semblant montrer que la « journaliste » n’est pas dupe du cynisme du business man. Affligeant.

Ensuite, sur le fond, il n’est pas question de s’enfermer dans un passéisme déplacé, du style c’était mieux avant. C’était peut-être mieux, mais l’adultère existait également, et je n’ai aucun élément tendant à montrer qu’il est plus répandu actuellement. Là n’est pas le sujet. En revanche, c’est autre chose de souligner le fait que, une fois de plus, la notion de fidélité et d’engagement est battue en brèche. On aura beau dire, ce site spécialisé dans l’adultère n’est rien moins qu’une banalisation et une normalisation (parmi d’autres) de ce qui pouvait auparavant être considéré comme immoral sur le fond, même si admis ou toléré sur la forme. Mais ce concept même de moralité a disparu, et au delà de la disparition du concept, la primauté définitive de l’individuel sur le collectif. La « morale » d’aujourd’hui se résume, comme le dit Chafouin, à la « liberté-de-faire-des-conneries-si-ça-ne-dérange-pas-les-autres », alors qu’une vraie morale, notamment proposée par le catholicisme mais aussi issue du bon sens, se doit d’aller bien au delà de cela, interrogeant la notion de bien et de mal non seulement envers les autres mais également envers soi-même (il n’y a pas que les autres que je dois respecter, mais également mon être même), et non seulement dans le temps présent mais également en anticipant sur l’avenir. Or il me semble évident que moins on favorise les unions stables, basées sur un engagement dans la durée et une confiance réciproque, plus on fragilise les individus eux-mêmes, mais également ceux qui sont le fruit de ces unions. On se focalise sur le prétendu « bonheur » immédiat de personnes à qui on a fait miroiter le fantasme de la jouissance à tout prix, mais on ferme complètement les yeux sur les conséquences à court et long terme pour ces personnes, leurs familles, et la société toute entière.

Ce site apparaît donc moralement condamnable, et lourdement. Et cette inititative souligne également la limite profonde du libéralisme, au moins en terme sociétal. Ici, la somme ou la rencontre des intérêts particuliers ne peut engendrer le bien-être commun. Il y a bien une offre et une demande, mais si la demande crée l’offre, l’offre crée également la demande. Et si une « morale » n’est pas proposée, c’est forcément le moins disant qui l’emporte, le barbare, l’animal. Or non seulement cette morale est sytématiquement discréditée, mais en plus l’évolution de la société est présentée comme étant forcément l’oeuvre d’un « Progrès », progrès que je suis pourtant bien en peine de percevoir : suicides, précarité sociale, destruction des liens sociaux, fragilités psychologiques, violences, solitudes, dépressions… Voilà ce que l’on récolte aujourd’hui, voilà ce qui fait craindre le pire pour l’avenir…

Ce que l’on attendrait de la part de deux qui nous gouvernent, comme de la part de tous les femmes-zé-hommes de bonne volonté, ce n’est pas de hurler avec les loups ou de laisser faire en se disant que « c’est la vie ma bonne dame » et puis « y a pas grand chose à y faire ». Comme le rappelle le Chafouin, « Il faut marteler que celui-ci (le mariage et l’engagement durable en couple) est le socle de la famille, et que celle-ci est la meilleure défense qui existe pour l’individu! […] Pourquoi faudrait-il s’en contenter, de cette évolution? Pourquoi devrait-on croire qu’elle constitute un progrès? On doit pouvoir dire que cette évolution est un mal, qui n’est nullement nécessaire. On doit pouvoir dire, et on devrait le dire, que cette évolution ne nous rend pas plus heureux, bien au contraire. On doit pouvoir dire que le mariage, que l’engagement, ce n’est pas une prison, mais un épanouissement« .

C’est le mot de la fin. Et il est fort bien dit.

Publicités

4 Responses to Adultère sur abonnement…

  1. Oscar dit :

    Bien dit aussi Laloose !
    Mais aujourd’hui la notion de morale est complètement dévaluée, parce qu’elle n’est plus comprise que comme une sorte de carcan restreignant la liberté. Mais que du contraire !

  2. le chafouin dit :

    Merci de m’avoir cité aussi largement 😉

    Bien dit également, je crois qu’il est important de préciser que la fidélité apporte sans doute bien plus (et certainement) que le petit plaisir fugace de l’infidélité.

    En fait, je crois qu’il est difficile aujourd’hui de faire comprendre que la vertu (philosophique, pas seulement morale), si elle est exigeante, est vecteur d’épanouissement.

    Meci d’avoir aussi insisté sur l’idée « fric » qui se cache derrière ces jolis mots, je ne l’avais même pas remarqué 😉

  3. S1ned dit :

    C’est vrai que de ce point de vue, c’est plutôt tristeque la société balance toutes les valeurs. D’un côté, je crois que c’est le principal but visé pour désorienter les gens, afin qu’ils ne sachent plus quelles choses apportent le bonheur. Et c’est pour celà, que la société propose si gentiment les bonheurs fugaces: sexe, consommation, drogues etc…

  4. Fift dit :

    Très très bon article, très bien écrit !
    C’est quand même un truc de fou !! A une époque où tout va vite, et où tout doit aller toujours plus vite, il n’y plus de limite. C’est inquiétant pour nous, pour notre génération, mais je pense également à nos enfants; que va-t-on leur proposer dans 10 ans, dans 20 ans ? C’est flippant ..

    En tout cas, d’accord avec le chafouin : le mariage, c’est un épanouissement !! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :