Roman Polanski, une indigation sélective & déplacée.

PolanskiCa m’énerve. Vous me direz que je m’énerve assez facilement, et vous aurez probablement raison. Mais là c’est plus fort que moi, rien qu’à entendre cette caste de bobos artistes pleurnicher sur le compte de Roman Polanski en « exigeant sa remise en liberté immédiate », ça m’agace… Mais qui sont-ils pour exiger quoi que ce soit, qui sont-ils pour juger, qui sont-ils pour s’insurger contre la justice quand on ne les entend d’habitude jamais sur ce genre de terrain, sauf peut-être de temps en temps pour les sans-papiers? Ah si on le sait, ils sont membres d’une caste, et malheur à qui viendrait s’en prendre à l’un d’eux, même de façon justifiée. Le pire n’est même pas là, finalement le réflexe grégaire corporatiste est assez courant, le pire est que des politiques eux-mêmes entrent dans cette danse médiatique, de Lang à Kouchner en passant par le ridicule Mitterrand qui ne perd pas une occasion de se taire. La gauche caviar en action, suivie de près par l’UMP et l’inénarable Frédéric Lefebvre, bref tout le monde veut en être. Ne manque plus qu’une déclaration officielle de Sarkozy…

Bref rappel des faits ayant engendré un tel tollé (source Le Monde) : le cinéaste Roman Polanski, sous le coup d’un mandat d’arrêt américain datant de 1978, a été arrêté ce dimanche par la police suisse à son arrivée à l’aéroport de Zurich, et a été placé en « détention provisoire en attente d’extradition ». Roman Polanski avait fui les USA en 1978  avant la sentence d’un procès où il était accusé de viol sur une jeune fille de 13 ans. Il avait à l’époque rejeté l’accusation de viol mais plaidé coupable de relation sexuelle avec une mineure, délit passible de 20 ans de prison en Californie.

Suite à cette arrestation, le monde people artistico-médiatico-politique s’est largement mobilisé en faveur du cinéaste, « tous pour un, un pour tous »! Mais quels sont les sujets de récrimination de ce petit monde de la jet-set artistique qui s’imagine ainsi défendre l’Art contre la répression étatique quand ils ne font en réalité que défendre un (petit) intérêt particulier, par ailleurs  indéfendable pour tout esprit un tant soit peu objectif?

 

> Un « traquenard policier » : Certains n’ont pas froid aux yeux et le font savoir bravement dans une pétition qui circule, jugeant « inadmissible qu’une manifestation culturelle internationale puisse être transformée en traquenard policier« . Si vous portez un patronyme connu, de préférence artiste, vous pouvez signer pour dénoncer les basses oeuvres de la police helvétique. Horreur, leur monde de strass et de paillettes souillée par un acte barbare!

> La remise en cause de la liberté artistique : « Les festivals de cinéma du monde entier ont toujours permis aux oeuvres d’être montrées et de circuler et aux cinéastes de les présenter librement et en toute sécurité, même quand certains États voulaient s’y opposer« . Le ridicule ne tue plus depuis longtemps, et heureusement. Ces bobos font manifestement mine de ne pas comprendre que ce n’est pas l’artiste qui est mis en cause, mais l’homme. Qui lui même sait très bien à quoi s’en tenir puisqu’il évitait soigneusement de se rendre aux Etats-Unis… 

> Que dis-je, c’est la liberté d’expression même qui est en cause! Selon La Société des Réalisateurs de Films, cette arrestation « pourrait avoir des conséquences désastreuses pour la liberté d’expression dans le monde entier« . Vous avez bien lu, la liberté d’expression, rien que ça, et pas qu’en Suisse, mais dans le monde entier! Vous n’y aviez même pas pensé hein? Faut dire que vous n’êtes probablement pas artiste rock & glamour, alors vous ne pouvez pas comprendre…

Un pauvre cinéaste victime de la volonté suisse de se rabibocher avec les USA : selon le quotidien suisse Le Matin, « Difficile de ne pas faire de rapprochement entre l’affaire UBS et l’arrestation surprise de Roman Polanski. La Suisse a-t-elle voulu faire plaisir aux Etats-Unis au risque d’un excès de zèle qui n’améliore guère son image de marque à l’étranger? ». Difficile surtout de faire le lien entre deux affaires qui n’ont strictement rien à voir. Mais le complot étatique, l’affaire d’état broyant le pauvre individu, ça ça fait vendre…

> La fin de la neutralité suisse : « L’arrestation de Roman Polanski dans un pays neutre où il circulait et croyait pouvoir circuler librement jusqu’à ce jour, est une atteinte à cette tradition : elle ouvre la porte à des dérives dont nul aujourd’hui ne peut prévoir les effets« . Ah tiens première nouvelle, j’ignorais que la neutralité de la Suisse impliquait de facto  l’impunité sur place pour les personnes recherchées par la justice d’un pays avec lequel elle a pourtant passé des accords d’extradition. Quant au « dérives » dont il est question, je n’ose imaginer de quoi on parle. la fin du secret bancaire pour l’argent caché sur des comptes discrets peut-être? Pauvres artistes…

> Une privation de liberté pour Mr Polanski : « Cette extradition, si elle intervenait, serait lourde de conséquences et priverait le cinéaste de sa liberté« . On note au passage cet éclair de lucidité, être arrêté par la police peut entraîner une privation de liberté. Bah ouais coco, c’est le risque quand on prend la fuite avant la sentence d’un tribunal, on risque d’être rattrapé et éventuellement condamné…

Un acte barbare : Pierre Jolivet déclare qu’il lui parait « extrêmement étrange et violent d’arrêter un homme de 71 ans tout d’un coup 31 ans après les faits« . Violent, vraiment? Il me paraît quant à moi étrange que Mr Jolivet n’aie pas manifesté la même solidarité à l’égard de Pinochet lors de son arrestation des années après les faits qui lui étaient reprochés.

 > Une affaire « pas très sympatique » : Bernard Kouchner, pas à une bêtise près quand il s’agit de faire oublier son bilan translucide, dénonce : « C’est un peu sinistre cette histoire, franchement. Un homme d’un tel talent reconnu dans le monde entier, tout ça n’est pas sympathique« . Bouh c’est pas gentil ça, à la limite il n’aurait eu aucun talent et aucune renommée je dis pas, mais là alors c’est pas cool…

> Le vrai visage de l’amérique : et c’est notre ministre de la culture qui en parle. « De le voir ainsi jeté en pâture pour une histoire ancienne qui n’a pas vraiment de sens et de le voir ainsi seul, emprisonné, alors qu’il se rendait à une manifestation où on allait lui rendre hommage, c’est-à-dire ainsi pris au piège, c’est absolument épouvantable […]. On sait les conditions dans lesquelles c’est arrivé, et de la même manière qu’il y a une Amérique généreuse que nous aimons, il y aussi une certaine Amérique qui fait peur, et c’est cette Amérique là qui vient de nous présenter son visage« . Après Orelsan, Polanski… Et on nous ressort un bon vieux couplet anti-américain ridicule et tout à fait hors sujet. Il serait intéressant que Mr Mitterand précise de quelle « certaine amérique » il a peur en l’occurence. Celle qui juge qu’un crime sexuel sur mineur est imprescriptible ou bien celle qui ne ferme pas les yeux sur des actes commis lors de la grande période libertaire qu’il aurait bien aimé connaître?

> la palme de la crétinerie revenant encore une fois à Frédéric Lefevre, qui s’interroge : « On nous présente toujours les Etats-Unis comme une très grande démocratie et une sorte de démocratie exemplaire. Or on découvre aujourd’hui qu’il n’y a pas de prescription pour les crimes et délits dans ce pays« . Ce gars est quand même porte parole de l’UMP. Pas porte-parole de l’amicale des chasseurs de Champigny sur Beauf, mais porte-parole du parti présidentiel. Et il fait mine de croire (mais peut-être y croit-il réellement) que tout le monde ignorait que la prescription n’était pas reconnue aux USA (tout comme en Suisse), omettant au passage – mais on n’est plus à une approximation près – de mentionner que cette limite à la prescription ne touche que les crimes sexuels sur mineurs.

Et on touche là le point le plus navrant. Tout ce petit beau monde parle de « vieille affaire », d' »histoire ancienne » semblant oublier qu’au final on parle quand même du présumé viol d’une gamine de 13 ans… Et « présumé » pour la bonne et simple raison que l’accusé a pris la fuite avant la fin du procès… Certains de ses défenseurs trouvent de bonnes raison à sa fuite, mentionnant l’atmosphère délétère de l’époque et une hypothétique partialité du juge. Certes. Mais les juges ont changé, et rien n’empêchait Polanski de revenir entretemps se faire juger équitablement et mettre un terme à cette affaire. Il ne l’a pas fait. Il en paye le prix aujourd’hui, et je n’irai pas pleurer sur son sort. Reste l’indécence écoeurante de ceux qui se vautrent dans les protestations médiatiques (semblant oublier que la justice doit être la même pour tous, « puissants ou misérables ») d’autant plus lamentables quand elles proviennent de personnalités politiques qu’on aimerait voir se comporter avec un peu plus de retenue vu leur statut public. Les Etats-unis souhaitent que Justice soit faite, et cette volonté est tout à fait respectable quel que soit l’accusé, d’autant plus que de nombreux connaisseurs estiment que la peine éventuellement encourue par le cinéaste sera très probablement symbolique étant donné l’ancienneté des faits et la volonté d’oubli affichée par la victime.

Il n’y en aura qu’un pour m’étonner au final, c’est Luc Besson, qui déclare fort justement : « Je ne connais rien à cette affaire, mais je pense que quand on ne se présente pas à un procès, on se met en faute, et c’est un risque ». Il ne m’avait habitué à de tels éclairs de lucidité. Comme quoi il est permis d’espérer, tout n’est pas perdu.

Publicités

3 Responses to Roman Polanski, une indigation sélective & déplacée.

  1. NM dit :

    Il faudrait saisir le conseil de sécurité de l’ONU?
    Peut-être que saisir Amnesty Int…?
    Mitterrand disait à Matzneff que son époque (les 80’s) ne pouvait pas encore comprendre son génie…
    V. encore l’interview à l’Huma (le journal bien mal nommé) : « Lorsque les gens parlent de  » pédophilie « , ils mettent dans le même sac le salaud qui viole un enfant de huit ans et celui qui vit une belle histoire d’amour avec une adolescente ou un adolescent de quinze ans. Pour ma part, je méprise les salauds qui abusent des enfants et je suis partisan de la plus grande sévérité à leur égard. Mais les gens confondent tout. »

  2. Laloose dit :

    cette citation est de qui? Frédéric Mittérand?

  3. DOC dit :

    Pauvre vieil homme riche, qui devrait répondre de ses actes comme tout un chacun ! Scandale des scandales !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :